That’s IT! Sull'ultima generazione di artisti in Italia e a un metro e ottanta dal confine

Ariostea sera présent au MAMbo (Musée d’Art Moderne de Bologne, situé via Don Minzoni 14) jusqu’au 11 novembre 2018 dans le cadre de l’exposition That’s IT! Sull’ultima generazione di artisti in Italia e a un metro e ottanta dal confine (Sur la dernière génération d’artistes en Italie et à un mètre quatre-vingt de la frontière), par le directeur artistique du MAMbo Lorenzo Balbi.

Avec une approche ouvertement générationnelle et géographique, l’exposition présente les travaux de 56 artistes et collectifs nés après 1980, qui sont également nés ou qui ont vécu ou étudié en Italie.
That’s IT! s’interroge sur le parcours d’exploration de différents médias et langages, dont beaucoup ont été réalisés pour l’occasion, de cette nouvelle génération d’artistes, offrant ainsi une lecture de la modernité « d’un point de vue ouvert, dialectique et confus ».

Dans ce cadre, la production d’Ariostea s’inscrit naturellement pour sa polyvalence, mais aussi pour les atouts que présente sa céramique technique. En effet, les dalles Ariostea ont été choisies pour l’œuvre 1/1 de Caterina Morigi sur le thème : « imitation, guide et adaptation entre l’homme et la nature ».
Cette œuvre a été réalisée avec des maxi-dalles d’Arabescato Statuario au format 300x150 cm et épaisseur 6 mm, façonnées avec la technologie Dys (Design Your Slabs), afin d’ajouter, sur la large surface céramique, « une autre impression de détails de nature organique et inorganique ».

Le projet artistique de Caterina Morigi se penche sur le lien entre l’homme et la nature à travers la stratification du temps sur la pierre.
Une relation ancienne et toujours actuelle qui s’exprime à travers l’étude sensorielle de formes originales, de lignes et de couleurs à peine perceptibles, de détails et de nuances esquissées et toujours uniques, comme dans la meilleure tradition des dalles effet marbre Ariostea.

Le rapport historique entre l’homme et la pierre peut presque être qualifié d’échange, mais aussi d’« imitation et adaptation ». En effet, au cours de la civilisation humaine, la pierre a traversé de nombreuses utilisations, phases et productions artistiques. Utilisée comme revêtement et comme toiture depuis l’Antiquité, l’admiration pour ses propriétés techniques et esthétiques a conduit l’homme à imiter et à recréer ses formes, tout en continuant à l’utiliser de manière traditionnelle.

L’œuvre de Caterina Morigi « voit la marbrure comme une technique et celui qui la façonne comme une figure qui se consacre à l’observation et à l’interprétation des formes naturelles ».



Afin de vous assurer une expérience de navigation optimale, notre site Internet utilise des cookies.
Si vous souhaitez obtenir plus d’informations sur les cookies et sur les façons d’en contrôler l’activation en fonction de la configuration du navigateur, veuillez consulter notre politique en matière de cookies.